Trouble du comportement en sommeil paradoxal et maladie de Parkinson

Dre Penny MacDonald
Chaire de recherche du Canada en neurosciences cognitives et neuro-imagerie
Université Western
Bourse pour projet pilote
Pedaling for Parkinson’s en l’honneur de Dr Robert Lorne Alexander
32 984 $ sur un an
Biomarqueurs précliniques et diagnostiques de la maladie de Parkinson : Examens par IRM chez les patients atteints de la maladie de Parkinson et de troubles du comportement en sommeil paradoxal

Le trouble du comportement en sommeil paradoxal est un état relativement rare au cours duquel les personnes endormies miment leurs rêves et risquent de se blesser ou de blesser leur conjoint. Jusqu’à 80 % des personnes atteintes de ce trouble développent plus tard la maladie de Parkinson, l’atrophie multisystématisée ou la démence à corps de Lewy.

À l’Université Western, Dre Penny MacDonald, neurologue, utilise une technologie perfectionnée d’imagerie par résonance magnétique (IRM) pour examiner le cerveau de personnes atteintes de ce trouble du sommeil. Elle est à la recherche de différences dans la région du striatum et les sous-régions du cerveau.

« L’un des problèmes est que la plupart des thérapies que nous avons mises à l’essai pour ralentir, stopper ou faire rétrocéder la maladie de Parkinson ne sont pas efficaces », affirme Dre MacDonald, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en neurosciences cognitives et neuro-imagerie.

Une partie de la difficulté tient au fait qu’au moment du diagnostic, les chercheurs estiment qu’ils ont déjà perdu entre 60 % et 80 % des cellules cérébrales qui produisent de la dopamine et qui sont essentielles au contrôle moteur.

« Si nous pouvions trouver un biomarqueur permettant de prédire quelles personnes développeront la maladie de Parkinson, nous pourrions commencer à mettre à l’essai des thérapies à un stade précoce de la maladie au moment où elles risquent d’être plus efficaces », affirme Dre MacDonald.

Penny MacDonald soupçonne que ses études d’imagerie montreront que la partie motrice caudale du striatum chez les personnes atteintes de ce trouble du sommeil est plus petite et que les terminaisons nerveuses qui se connectent à d’autres régions du cerveau y sont moins nombreuses. Si elle a raison, cette différence structurelle dans le striatum pourrait servir de biomarqueur.

En administrant une IRM, les médecins pourraient déterminer qui est à risque de développer la maladie de Parkinson et commencer le traitement plus tôt.

« Peut-être les médicaments seraient-ils plus efficaces s’ils étaient administrés avant la perte généralisée des cellules productrices de dopamine », lance-t-elle.

Penny MacDonald a obtenu un doctorat en psychologie expérimentale avant d’entreprendre des études pour devenir neurologue, car elle était fascinée par le cerveau. Elle croyait cependant que la recherche seule ne lui permettrait pas d’apporter sa contribution dans ce domaine crucial.

« J’aime avoir l’occasion de mettre mes connaissances en application », dit-elle.

Elle rencontre maintenant les patients un jour par semaine et consacre le reste de son temps à la recherche et à l’enseignement d’étudiants diplômés et en médecine.

« Cela me donne plus de liberté d’effectuer toutes les recherches que je veux, parce que je sais que je ferai quelque chose de très pratique pour aider les gens au moins un jour par semaine. Je peux donc faire preuve d’une plus grande audace dans les recherches que je mène. »