Recherche

La maladie de Parkinson ne s’arrête pas à des problèmes de mouvement


Un nouveau guide décrit les aspects non moteurs de la maladie

Toronto, le 21 mars 2012 – Les personnes atteintes de la maladie de Parkinson ont un nouvel outil pour les aider à reconnaître les symptômes non moteurs dus à la maladie.

Le livret Un guide sur les symptômes non moteurs de la maladie de Parkinson, le premier du genre au Canada, est un guide éducatif facile à consulter conçu pour aider les personnes atteintes de la maladie de Parkinson à reconnaître les symptômes non moteurs, comme les troubles cognitifs, les problèmes de sommeil et les comportements compulsifs, et à se renseigner sur des traitements et des stratégies pour les gérer.

Disponible en français et en anglais, le livret de 50 pages est le résultat d’un partenariat entre la Société Parkinson Canada et l'Institut des neurosciences, de la santé mentale et des toxicomanies (INSMT) des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). L’auteur, le Dr Ronald Postuma, est chercheur en neurosciences à l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), à Montréal.

Le Dr Postuma donne un exemple type : un homme atteint de la maladie de Parkinson peut présenter un problème urinaire qu’il prend d’abord pour un problème de prostate quand, en fait, ce problème est peut-être associé à la maladie de Parkinson. « Un grand nombre de personnes ne se rendent pas compte que les problèmes urinaires, la constipation, l’insomnie et d’autres symptômes ont un lien avec la maladie de Parkinson. Par conséquent, elles ne se font pas traiter », constate Dr Postuma, qui est également neurologue au CUSM et professeur agrégé de neurologie et de neurochirurgie à la Faculté de médecine de l’Université McGill. « Le livret est un outil simple et pratique qui, je l’espère, améliorera les soins aux patients », ajoute-t-il.

Le Dr Postuma explique que le livret est conçu pour aider les personnes atteintes de la maladie de Parkinson à déceler leurs symptômes non moteurs, à consigner ces symptômes à l’aide du questionnaire sur les symptômes non moteurs fourni au dos du livret et à en discuter avec leur médecin. Il prévient que le livret ne doit remplacer ni les conseils ni les directives d’un professionnel de la santé, ni des soins médicaux.

« Ce livret est un très bon exemple d’application pratique de travaux de recherche factuels qui profitent aux soins cliniques », indique Joyce Gordon, présidente et chef de la direction, Société Parkinson Canada.

Un guide sur les symptômes non moteurs de la maladie de Parkinson
est accessible à l’adresse suivante : www.parkinson.ca/Guidenon-moteurs.

Le Programme national de recherche de la Société Parkinson Canada (SPC) a pour objectif d’améliorer la qualité de vie des Canadiens atteints de la maladie de Parkinson. Les 10 partenaires régionaux, et les 240 sections et groupes de soutien de la SPC offrent depuis 1965 des services d’éducation, de soutien et de défense des intérêts à plus de 100 000 Canadiens atteints de la maladie de Parkinson. Pour en savoir davantage, consultez le site Web www.parkinson.ca.

Les Instituts de recherche en santé du Canada
(IRSC) sont l'organisme du gouvernement du Canada chargé d'investir dans la recherche en santé. Leur objectif est de créer de nouvelles connaissances scientifiques et de favoriser l’application de celles-ci en vue d'améliorer la santé, d'offrir de meilleurs produits et services de santé, et de renforcer le système de santé canadien. Composés de 13 instituts, les IRSC offrent leadership et soutien à plus de 14 100 chercheurs et stagiaires en santé au Canada. www.cihr-irsc.gc.ca

-30-

Personne-ressource

Marina Joseph
Société Parkinson Canada
1-800-565-3000, poste 3399, 416-227-3399
marina.joseph@parkinson.ca
www.parkinson.ca