Un bref historique


Histoire de la maladie de Parkinson
La maladie de Parkinson a d'abord été décrite par un médecin anglais, le docteur James Parkinson, dans un ouvrage intitulé An Essay on the Shaking Palsy (Essai sur la paralysie agitante) (1817). Dans son bref essai, Parkinson décrit « un tremblement involontaire avec diminution de la force musculaire dans les parties du corps au repos et même lorsque soutenues, avec une propension à courber le tronc vers l'avant, et de passer de la marche à la course; les sens et l'intellect n'étant pas atteints ». Dr James Parkinson
Une quarantaine d'années plus tard, le docteur Jean-Martin Charcot ajoutait la rigidité à l'excellente description clinique de Parkinson et donnait au syndrome le nom de maladie de Parkinson.

La tulipe de Parkinson

Cela se passait aux Pays-Bas en 1980 quand J.W.S. Van der Wereld, un horticulteur hollandais atteint de la maladie de Parkinson a mis au point une tulipe rouge et blanc.
En 1981, M. Van der Wereld a appelé son précieux cultivar, la « tulipe du Dr James Parkinson » pour honorer l’homme qui a décrit pour la première fois la maladie dont il souffrait lui-même et pour saluer à sa façon l’Année internationale des personnes handicapées.

Cette même année, la tulipe s’est méritée le Award of Merit décerné par la Royal Horticultural Society, de Londres en Angleterre, et a également reçu le Trial Garden Award de la Royal General Bulb Growers de Hollande. On la décrit comme une fleur « dont l’extérieur est d’un rouge cardinal éclatant, à petit rebord emplumé, base extérieure blanchâtre; à l’intérieur rouge groseille à rouge Andrinople, large rebord blanc emplumé, et anthères jaune pâle ».

Le 11 avril 2005, la Tulipe rouge a été adoptée comme symbole mondial de la maladie de Parkinson à l’occasion de la 9e Journée-conférence sur la maladie de Parkinson au Luxembourg.